Les maisons victoriennes de San Francisco

les maisons de San francisco

C’est marrant, quand on cherche des informations sur les maisons à l’architecture victorienne de San Francisco, on tombe sur une page, dont la densité colorimétrique fait mal aux dents. Sur les photos affichées, la saturation couleur de ces maisons, déjà très colorées, a été poussée au maximum, sans doute pour faire cliquer le visiteur, mais comme tout le monde fait pareil, on se retrouve à plisser les yeux et à chercher ses lunettes de soleil.

Et puis on se rend compte qu’on y retrouve l’apparence des parcs Disney, plutôt que celle de la maison de Norman Bates dans le Psycho d’Alfred Hitchcock. En fait aux USA tout doit être saturé, la couleur, les goûts, la violence. La preuve c’est que la maison bleue de Maxime Le Forestier, qui a été récemment repeinte, l’a été dans un bleu bien moins dense et saturé que les couleurs des “Painted Ladies”.

Dans les pays du nord de l’Europe, les maisons sont aussi très colorées, mais c’est pour compenser le ciel plutôt gris et l’absence de lumière une grande partie de l’année, et dans ce contexte, c’est assez vivifiant, mais en Californie… En Californie, où le soleil brille même la nuit…

Lisez ce billet : Architecture des maisons particulières à travers le temps.

Caractéristiques typiques des maisons victoriennes

facade maison victorienne
Dans les années 1850, l’abolition de la taxe sur le verre et les briques a rendu ces articles moins chers, mais aussi un matériau approprié, et l’arrivée du chemin de fer a permis de les fabriquer ailleurs, à faible coût et selon des tailles et des méthodes standard, et de les amener sur place. A partir des années 1850, on assiste également à l’introduction progressive de diverses réglementations en matière de construction.

  • L’assainissement : des règlements ont été introduits progressivement à partir des années 1850 afin d’accroître l’importance des caractéristiques d’assainissement, y compris un drainage correct, des installations pour les déchets (la « fosse à cendres » ou la « poubelle »), et des installations sanitaires sous la forme de toilettes extérieures ou de toilettes intérieures.
  • Eau chaude et froide : au début de l’ère victorienne, certaines maisons avaient l’eau courante et une chaudière pour l’eau chaude. Au début du siècle, l’eau courante chaude et froide était courante.
  • L’éclairage au gaz était disponible dans de nombreuses villes dès le début de l’ère victorienne. À la fin de l’ère victorienne, de nombreuses maisons étaient équipées de gaz.
  • Un sous-sol avec une cave pour le stockage du charbon, nécessaire pour les feux ouverts et pour chauffer l’eau.
  • Des fenêtres à guillotine, mais avec de plus grands carreaux de verre, à partir des années 1850, que les 6 plus 6 petits carreaux caractéristiques de l’architecture géorgienne et régence.
  • La cheminée en brique était une caractéristique importante des maisons victoriennes, composée d’un foyer, d’une poitrine de cheminée et d’un conduit de cheminée qui dépassait de la ligne du toit pour évacuer la fumée.
  • Les maisons victoriennes étaient généralement construites en terrasses ou en maisons individuelles.
  • Les matériaux de construction étaient la brique ou la pierre locale. Les briques étaient fabriquées dans des usines situées à une certaine distance, à des dimensions standard, plutôt que de creuser l’argile localement et de fabriquer les briques sur place, comme c’était le cas auparavant.
  • La majorité des maisons étaient couvertes d’ardoises, extraites principalement au Pays de Galles et transportées par voie ferrée. Les tuiles d’argile utilisées dans certaines maisons étaient disponibles localement.
  • La végétation et les petits jardins étaient souvent intégrés aux maisons victoriennes, car les formes de la nature étaient prisées par l’idéal domestique suburbain.

Source : John Ruskin and Victorian architecture

Laisser un commentaire